Comment résister au « biopouvoir » ?

Plusieurs scientifiques, universitaires et élus s’inquiètent du trop grand pouvoir des experts sur nos vies et sur nos corps. Certains apportent ici leur réflexion sur une nécessaire éthique médicale.

Politis  • 24 février 2011 abonné·es

Biopouvoir. Le mot a des relents de science-fiction. Dans les années 1970, Michel Foucault émettait ­l’hypo­thèse d’un pouvoir qui, entre développement de la science et effacement de la religion, s’exercerait non plus sur les âmes mais sur les corps, le « vivant » devenant l’objet de stratégies… Le terme a refait surface dans le Quotidien du médecin, le 16 novembre 2010. « Ce biopouvoir existe , écrivent Pierre Le Coz, philosophe et vice-président du Comité consultatif national d’éthique, et Emmanuel Hirsch, professeur d’éthique médicale à Paris-Sud XI. Il est apparu en France en 2005, une première en Europe. Son nom : Agence de la

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Temps de lecture : 6 minutes