La révolution fragile

Denis Sieffert  • 17 février 2011 abonné·es

Que s’est-il passé en Égypte ? Si on regarde froidement les événements, si on compare l’état du pays à dix-huit jours d’intervalle, ce qu’il était le 25 janvier quand la place Tahrir a commencé à se remplir d’une foule héroïque, et ce qu’il est depuis le 11 février, on pourrait presque répondre : « Rien. » Certes, Moubarak est parti. Mais qui le remplace ? L’armée. Cette armée dont il était précisément le chef suprême. Et à

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)

Une analyse au cordeau, et toujours pédagogique, des grandes questions internationales et politiques qui font l’actualité.

Temps de lecture : 5 minutes