Un aéroport pour sauver la planète

L’entreprise Vinci et les élus de la région nantaise se démènent pour vendre leur projet d’aéroport à Notre-Dame-des-Landes. Avec un accent particulier sur des artifices écologiques qui ne trompent personne.

Ivan du Roy  • 24 février 2011 abonné·es
Un aéroport pour sauver la planète
© Photo : JACQUES FERRIER ARCHITECTURES / AFP

Paysages de bocage, musique zen à peine troublée par l’atterrissage d’un 747, bosquets préservés et toits végétalisés dissimulant parkings et terminaux aéroportuaires. Bienvenue dans « le seul aéroport français labellisé haute qualité environnementale », selon des élus socialistes enthousiastes [^2]. La présentation du futur aéroport du Grand-Ouest, visible sur Internet, est plus que soignée. On aurait presque envie d’étaler nappes et collations pour un pique-nique ensoleillé au bord des pistes, et regarder décoller les géants ailés tout en écoutant chanter les cigales et butiner les abeilles.

Bruits assourdissants, émanations de kérosène, concentrations de gaz en tout genre… Tout cela n’existera pas à Notre-Dame-des-Landes, ce petit bout de campagne, à 30 kilomètres de

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Temps de lecture : 4 minutes