Comment rassurer… sans rien changer ?

La classe politique française, largement pronucléaire, essaye par tous les moyens d’éluder la véritable question : celle d’une sortie progressive du nucléaire.

Olivier Doubre  • 24 mars 2011 abonné·es

Imaginons un instant qu’après un grave accident d’avion certains responsables politiques se mettent à s’interroger sur la sécurité aérienne. Personne ne les accuserait alors d’ « instrumentaliser » la catastrophe. C’est pourtant ce qu’a fait une bonne partie de la classe politique française lorsque les écologistes ou les militants antinucléaires ont demandé que l’on réfléchisse à la fin de cette dangereuse industrie de l’atome, alors que les bâtiments des réacteurs de Fukushima explosaient l’un après l’autre. On voit bien ainsi que le nucléaire est un sujet tout à fait à part en France, et que le remettre en cause déclenche les passions, voire une certaine fureur,

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Publié dans le dossier
Libye, la guerre du moindre mal
Temps de lecture : 4 minutes