Débattre plutôt que se battre

Avant le second tour des cantonales, qui opposait le FN au Front de gauche, la ville d’Echirolles a organisé des échanges sur les nouveaux visages du racisme. Reportage.

Erwan Manac'h  • 31 mars 2011 abonné·es

Bienvenue à Échirolles, commune iséroise populaire de 35 000 habitants au sud de Grenoble. Ancienne ville ouvrière, creuset de l’immigration, avec son ancienne usine textile reconvertie en musée. Dimanche, le second tour des cantonales, qui concernaient la moitié est de la ville, opposait le Front de gauche au Front national, à la faveur d’un premier tour crédité de 64 % d’abstention. Avec cette opposition inédite en toile de fond et la multiplication des dérapages racistes à l’UMP, la semaine de débat « Cité plurielle », que la

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Publié dans le dossier
FN : les racines du mal
Temps de lecture : 6 minutes