La croissance ne fait pas le bonheur

Doit-on réduire notre bien-être à la quantité de biens produits et consommés ? La sortie du documentaire Indices est l’occasion de se pencher sur les nouveaux indicateurs de richesse.

Nolwenn Weiler  • 3 mars 2011 abonné·es
La croissance ne fait pas le bonheur
© Photo : PREVEL / AFP

«J’irai chercher la croissance avec les dents » , promettait Nicolas ­Sarkozy au printemps 2007, pendant la campagne précédant son élection. À peine un an plus tard, réalisant que la croissance n’était pas aussi glorieuse que prévu, le Président instituait, à la surprise quasi générale, une « commission sur la mesure de la performance économique et du progrès social ».

Présidée par Joseph E. Stiglitz , et composée d’une majorité d’économistes, cette commission est notamment chargée de questionner la pertinence du produit intérieur brut (PIB). Créé pour mesurer l’activité du marché, ce PIB est devenu l’indicateur principal de la performance

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Temps de lecture : 6 minutes