Dossier : Libye, la guerre du moindre mal

La vie sans nucléaire, avec peu de CO2

Préserver son mode de vie « à confort constant » sans recourir au nucléaire est possible. Des bâtiments plus sobres et des énergies renouvelables diversifiées rendent cette perspective plausible.

« Ils veulent revenir à la bougie et au cheval de trait » : le vieil anathème lancé par les défenseurs du nucléaire à la tête des écologistes est peut-être en train de vivre ses derniers moments. L’accident de Fukushima suscite un intérêt neuf pour les scénarios énergétiques qui envisagent de se passer de l’atome civil. À rebours d’idées reçues, il ne s’agit pas de préconisations idéologiques. Les prospectives, celle de l’association Négawatt, l’une des plus détaillées, Energy (r)evolution, de Greenpeace,…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 5€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.