La vie sans papiers

Politis  • 17 mars 2011 abonné·es

La préfecture de Bobigny s’est livrée début mars à un théâtre de l’absurde. Acte I : Lundi. Quatre files d’hommes, immobiles et silencieux, portant de lourds dossiers. Au bout d’un long moment, entrent des policiers, dont un galonné.

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Temps de lecture : 2 minutes