« Le juge d’instruction doit être un emmerdeur »

Marc Trévidic est juge d’instruction au pôle antiterroriste du tribunal de grande instance de Paris. Il est spécialiste des filières islamistes et l’un des chefs de file de la fronde des fonctionnaires de la justice. Il publie un livre revenant sur son parcours et dénonçant les pressions de l’exécutif.

Jean-Claude Renard  • 10 mars 2011 abonné·es
« Le juge d’instruction doit être un emmerdeur »

Politis : Quelles sont les limites du discours d’un juge quand on écrit un livre comme celui-ci, sur l’instruction, vue de l’intérieur ?

Marc Trévidic : Il faut taire les affaires en cours, rester prudent avec ce que l’on dit, respecter le devoir de réserve sur ses collègues, sur certaines difficultés internes, tout en restant critique. Il ne s’agit pas de s’interdire toute réflexion, tel ou tel sujet, comme les rapports difficiles entre le parquet et l’instruction, entre la justice et le pouvoir. D’autant que le vrai danger dans l’antiterrorisme, c’est l’instrumentalisation de la justice. C’est une matière qui touche au politique de façon importante.

Vous insistez sur ce qui ressemble aujourd’hui à une démolition de la justice…

D’une manière générale, le président de la République a voulu supprimer l’instruction pour que les enquêtes soient dirigées par le parquet. Et s’il y a des matières où le pouvoir exécutif veut avoir le contrôle, c’est vraiment l’antiterrorisme et les affaires

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Publié dans le dossier
La vérité sur le modèle allemand
Temps de lecture : 12 minutes