Le militant, ce sale type en puissance

Le 17 mars, un syndicaliste sera jugé pour avoir refusé de se soumettre à un prélèvement d’ADN, donc au fichage génétique permis par les lois sécuritaires de Sarkozy. La CGT craint une multiplication des dossiers.

Thierry Brun  • 10 mars 2011 abonné·es
Le militant, ce sale type en puissance

Philippe Galano, salarié des Autoroutes du Sud de la France (ASF) et délégué syndical CGT, ne s’attendait pas à être traité comme un délinquant. Et pourtant… En 2003, ce militant participe au mouvement de grève contre la réforme des retraites de François Fillon et au blocage de ­l’autoroute Perpignan-Nord. Son entreprise mandate des huissiers pour constater sa présence sur les lieux avec trois autres syndicalistes, puis engage une procédure pour licencier les ­quatre hommes. Un mois plus tard, l’occupation de la direction régionale des ASF à Narbonne par des

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Temps de lecture : 6 minutes