Malaise en psychiatrie

Christine Tréguier  • 3 mars 2011
Partager :

Les établissements psychiatriques ne dérogent pas à la règle
de l’informatisation à des fins de meilleure gestion administrative.
Depuis 2007, un arrêté les oblige à tenir un recueil d’informations médicalisées en psychiatrie (RIMP), destiné à procéder à une analyse médico-économique de l’activité de soins. Ce fichier, qui recense
de nombreuses données concernant les patients hospitalisés
ou simplement suivis dans les centres médico-psychologiques,
n’aurait donc comme finalité que d’évaluer, pour mieux les tarifer,
les actes effectués. Et n’aurait donc a priori aucun besoin d’informations sur les patients eux-mêmes.

Pourtant, et c’est ce qui inquiète l’Union syndicale de la psychiatrie (USP), le RIMP
exige parmi les données enregistrées le diagnostic médical et les modalités d’hospitalisation
sous contrainte. Des données très personnelles puisqu’elles sont associées à l’identifiant
permanent du patient (numéro qui peut aisément être corrélé à son identité) et à sa date
de naissance. Le tout est archivé sous
la responsabilité du médecin à la tête
du service d’information médicale (SIM)
de chaque établissement, chargé de les transmettre après anonymisation à une agence ministérielle. Mais le fichier nominatif est conservé
dans l’établissement. Un problème
pour Olivier Labouret, vice-président de l’USP,
qui déplore que ces données ne soient pas anonymisées à la source et qu’on multiplie
les fichiers sans réelle protection.

Exemple, le dossier informatisé du patient, dont sont extraites
les données du RIMP : il est nominatif, utilise le même logiciel,
et il est facile pour n’importe quel soignant d’accéder « par erreur »
aux dossiers d’autres patients que ceux dont il a la charge. À tel point
qu’il est prévu, exceptionnellement, d’attribuer un alias pour préserver l’anonymat d’un parent d’un membre du personnel ou d’une personnalité. L’USP dénonce un manque de maîtrise général et une impossibilité
de respecter la confidentialité indispensable à la relation entre soignants et patients. Elle demande que soient reconnus la nécessité du consentement exprès du patient à l’utilisation de ses données et son droit d’opposition. Un droit que revendique un groupe de patients du service psychiatrique du Centre hospitalier du Gers : sans succès depuis deux ans.

En décembre 2010, la publication d’un nouvel arrêté et du Guide méthodologique de production du RIMP est venue aggraver les craintes
du syndicat. Ce guide préconise de recueillir également des informations sociales sur les patients – telles que mode de vie, situation scolaire
ou professionnelle, bénéfice d’un minimum social, de la CMU, etc. –, « susceptibles d’influer sur les modalités du traitement » . Pour l’USP,
« une telle utilisation “à visée d’enquête” donne de facto à l’État
la capacité de réguler l’offre de soins de façon discriminatoire,
en fonction de critères socio-économiques »
et elle n’entre pas
dans la finalité d’évaluation médico-économique du RIMP.
Le syndicat a déposé un recours devant le Conseil d’État ainsi
qu’auprès du ministère de la santé et a saisi la Cnil. « La psychiatrie, rappelle-t-il, est au service des personnes en souffrance » ,
pas de leur traçage.

Publié dans
Les blogs et Les blogs invités
Temps de lecture : 3 minutes
Soutenez Politis, faites un don !

Envie de soutenir le journal autrement qu’en vous abonnant ? Faites un don et déduisez-le de vos impôts ! Même quelques euros font la différence. Chaque soutien à la presse indépendante a du sens.

Faire Un Don