Où est la décence face au drame ?

Patrick Piro  • 17 mars 2011 abonné·es

Ainsi, par « décence » , il faudrait se taire. En l’affirmant, tout comme Ségolène Royal, Nathalie Kosciusko-Morizet ne déroge pas d’un poil à la tradition des ministres de

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Publié dans le dossier
Peut-on sortir du nucléaire ?
Temps de lecture : 2 minutes