À contre-courant / Vive la hausse des prix !

La Banque centrale européenne (BCE) a relevé le 7 avril son taux d’intérêt directeur de 1 à 1,25 %. Le taux n’avait pas bougé depuis mai 2009, en pleine crise financière. Pour justifier sa décision, la BCE argue que le monde bruisse de tensions inflationnistes et que la zone euro a connu en mars une hausse des prix de 2,6 % en rythme annuel. Il convient donc de casser cet engrenage, surtout celui qui proviendrait des salaires, la bête noire de Jean-Claude Trichet. Cette obsession qui confine à…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents