À contre-courant / Vive la hausse des prix !

Jean-Marie Harribey  • 21 avril 2011 abonné·es

La Banque centrale européenne (BCE) a relevé le 7 avril son taux d’intérêt directeur de 1 à 1,25 %. Le taux n’avait pas bougé depuis mai 2009, en pleine crise financière. Pour justifier sa décision, la BCE argue que le monde bruisse de tensions inflationnistes et que la zone euro a connu en mars une hausse des prix de 2,6 % en rythme annuel. Il convient donc de casser cet engrenage, surtout celui qui proviendrait des salaires, la bête noire de Jean-Claude Trichet. Cette obsession qui confine à l’acharnement – ne jamais augmenter les salaires quelle que soit la richesse produite par les salariés – entre en parfaite cohérence avec les plans d’austérité qui

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Temps de lecture : 4 minutes