Afrique : le cri du cœur …

… des opprimés.

Bernard Langlois  • 12 avril 2011
Partager :

[ Sans attendre, dans la foulée de l’arrestation de Gbagbo (rendue possible par l’intervention de l’armée française, de quelque façon qu’on tortille les communiqués officiels), la réaction d’un militant de toujours des droits et de la dignité des Africains de France et d’ailleurs, membre du collectif  » Les Damnés de la terre « . Colère et ironie. ]

Illustration - Afrique : le cri du cœur …

Illustration - Afrique : le cri du cœur …

Afrique, mon Afrique

Bravo Sarko.

Ce monsieur dit tout haut ce que les de Gaulle et Mitterrand disaient tout bas. Sarko le fait, alors que ses aînés envoyaient les Pandraud, Foccart, Houphouët et Compaoré. Quand Sarko demande aux Ivoiriens de choisir entre la peste et le choléra, ces derniers hésitent, il choisit pour eux.
Bravo mon grand, tu viens de confirmer par les gestes ton discours de Dakar : où est le grand panafricaniste de 86 ans de Dakar qui cherche un autre mandat ? Et la bande de l’OUA – L’Organisation de l’Unité Africaine ?

Monsieur Sarkozy, de grâce, recolonisez ce continent, ce sera plus simple pour son peuple. Et arrêtez de martyriser des faibles, l’Africain moyen ne sera tranquille que le jour où son continent sera vidé de toute sa matière première. Comme demain n’est pas la veille, le plus simple est de le recoloniser. Arrêtez de mettre à leur tête des colons noirs et arabes pour leur faire croire qu’ils sont maîtres chez eux, c’est une farce.

Tunisie : un bouffon en remplace un autre.

Egypte : idem.

La Libye attend son heure. Après la Côte d’Ivoire, vous pouvez maintenant en finir avec Kadhafi.

Pauvre Afrique.

Après plus d’un demi-siècle « d’indépendance » , plus de 80% de ses enfants aptes à diriger ont aujourd’hui une double nationalité, dont française, quel manque de patriotisme. Reconnaissons qu’ils sont forts les colons ou que les Africains ont vraiment un sérieux problème.

Le malheur de l’Afrique incombe, en partie, à ses propres enfants, égoïstes et lâches : Senghor, après 20 ans de règne au Sénégal, a fini ses jours dans le Calvados ; Abdou Diouf, le grand, au sens propre et figuré du terme, est à la francophonie, quel poltron ; Houphouët, le plus grand petit nègre que le continent a vu naître, Bokassa, Mobutu, Bongo, et j’en passe… Après cette vague, voici la nouvelle génération que met en place le patron français : Blaise Compaoré, Ouattara, et à ma grande déception, Alpha Condé suit les pas de son ami Compaoré.

Non ! Pitié pour le peuple africain, recolonisez-le ! Assez d’injustice.

De la France, la mère patrie, on voit les trois types d’Africains :

  • Les doubles-nationalités : peuvent aller et revenir, se soigner, s’instruire, idem pour leur familles,

  • Les immigrés réguliers peuvent en faire autant sur un temps limité, sans leur famille, et avec une perte considérable le jour de leur retraite,

  • La 3ème catégorie : sans-papiers et le reste du continent, restent les moutons noirs (sans mauvais esprit) de la famille.

Ces lignes retracent la réalité. Que le monde ne s’étonne pas demain, quand les Africains décideront d’en finir. Tunisie, Algérie, Maroc, Sénégal, Côte d’Ivoire et Libye n’ont pas dit leur dernier mot. La période coloniale est terminée. Le peuple d’Afrique a choisi de se libérer, il se libérera.

Vive la libération des opprimés !

Bamba GUEYE LINDOR

Publié dans
Les blogs et Les blogs invités
Temps de lecture : 3 minutes
Soutenez Politis, faites un don !

Envie de soutenir le journal autrement qu’en vous abonnant ? Faites un don et déduisez-le de vos impôts ! Même quelques euros font la différence. Chaque soutien à la presse indépendante a du sens.

Faire Un Don