Au Carrefour de la mobilisation

Les employés du leader européen de la grande distribution se sont mobilisés pour leurs salaires alors que le groupe mène une quête effrénée de rentabilité. Une grève jugée « historique » par les syndicats.

À temps complet, comme gestionnaire de rayon, Élise (un pseudonyme) gagne 1 100 euros par mois malgré ses dix ans d’ancienneté. Sa collègue caissière, au Carrefour de Sevran, gagne « environ 900 euros » , à 30 heures par semaine. La colère gronde parmi les salariés du premier employeur privé de France. D’autant que le groupe a distribué en 2009, selon la CFDT, 92 % de son bénéfice aux actionnaires, soit 761 millions d’euros. Le directeur général du groupe percevait sur la même année une rémunération brute…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents