Côte d’Ivoire : victoire à la Pyrrhus

Après quatre mois de combats et des milliers de morts, le piège tendu par l’ex-président Laurent Gbagbo s’est refermé sur une France plus interventionniste que jamais.

Claude-Marie Vadrot  • 14 avril 2011 abonné·es

Parce que la France est l’ancienne puissance coloniale, et parce qu’elle a la réputation (justifiée) depuis les indépendances de vouloir faire et défaire les gouvernements de son ancien empire, elle avait en Côte d’Ivoire une évidente obligation de réserve. En fin stratège, Laurent Gbagbo n’a cessé, depuis le

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Publié dans le dossier
La dérive guerrière ?
Temps de lecture : 3 minutes