Ils se battent pour les chiffonniers

Un comité de soutien des revendeurs de biens usagés du XXe arrondissement de Paris tente de trouver des solutions pour faire cohabiter « biffins », riverains, policiers et commerçants. Pas simple.

Ludovic Simbille  • 7 avril 2011 abonné·es
Ils se battent pour les chiffonniers

Dénicheurs la nuit, vendeurs le jour. Des centaines de marchands de fortune déballent chaque jour leur étal sur le terre-plein de Belleville-Couronne ou le rond-point de la porte de Montreuil, dans le XXe arrondissement de Paris. Des vieux vêtements, des ustensiles, des bibelots ou même des appareils électriques récupérés ici et là afin de joindre les deux bouts. Mais ceux que l’on appelle aussi les biffins, en référence à l’activité des chiffonniers historiques de Paris, jouent au chat et à la souris avec les patrouilles policières. Celles-ci parties, les

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Temps de lecture : 6 minutes