La folie change de camp

Jean-Luc Véret  • 21 avril 2011 abonné·es
Je fais partie de ceux qui s’alarment depuis trente-cinq ans des dangers du nucléaire, pour la santé comme pour la démocratie. Nous avons dénoncé les risques cancérigènes et génétiques des déchets accumulés, l’absence de transparence, le sacrifice des énergies renouvelables, le
Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Publié dans le dossier
Des vérités cachées
Temps de lecture : 3 minutes