L'occupation de Normale Sup' levée par la force

En solidarité avec la grève des employés de l'école, des étudiants de l'École normale supérieure occupaient les bureaux de la direction depuis 29 jours. Ils ont été expulsés et placés en garde à vue ce matin. Un rassemblement de soutien était organisé à midi.

Cet article est en accès libre. Politis ne vit que par ses lecteurs, en kiosque, sur abonnement papier et internet, c’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas prendre de publicité sur son site internet. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance, achetez Politis, abonnez-vous.


À 6h, mardi matin, les forces de l'ordre ont pénétré dans les locaux de l'École normale, rue d'Ulm à Paris, pour déloger les étudiants qui occupaient depuis 29 jours des bureaux de la direction. Les 13 étudiants présents ont été interpellés. Ils étaient encore en garde à vue en fin de matinée.

Depuis un mois, des étudiants occupaient l'établissement en soutien au personnel de l'ENS qui a engagé un bras de fer pour une revalorisation des salaires et la titularisation des postes précaires. « Un mouvement social est en cours depuis fin octobre et les salariés sont en grève depuis janvier , explique Laure, étudiante 1ère année de philosophie. Il y a beaucoup de contrats illégaux et des cas de harcèlement moral et physique. »

Illustration - L'occupation de Normale Sup' levée par la force
La façade de l'École normale supérieure, le 13 avril 2011

La direction a sollicité l'intervention policière pour lever le blocage, profitant du calme des vacances de Pâques. Ces derniers jours, elle avait durci le ton en attaquant les occupants en justice. Depuis le 11 avril, une ordonnance prévoyait une amende de 50 euros par personne et par jour pour les occupants.

Un rassemblement est prévu ce mardi midi devant l'école en solidarité avec les étudiants interpellés.


→ Soutenez le prochain reportage de Politis.fr en Amérique du Nord, à la rencontre des victimes de l'exploitation des gaz de schiste et des militants opposés à cette technique destructrice.

Politis.fr



Photo : AFP / Bertrand Langlois

Haut de page

Voir aussi

Articles récents