Attention, les parents se fâchent !

Durant la nuit du 20 mai, des parents d’élèves occuperont les écoles de leurs enfants pour protester contre les suppressions de postes et les non-remplacements d’enseignants. Quatre d’entre eux témoignent.

Ingrid Merckx  • 19 mai 2011 abonné·es
Attention, les parents se fâchent !
© Photo: AFP / Langlois

Le 18 mai, les enseignants étaient dans la rue. Le 20 mai, ce sont les parents qui investissent les établissements pour une « Nuit des écoles ». Objectif : protester contre la dégradation de l’Éducation nationale. La réduction des moyens entraîne cette année des suppressions de postes d’une ampleur inédite : jusqu’à 3 500 dans le premier degré. Par conséquent, des classes et des établissements ferment, en priorité en maternelle, dans les lycées professionnels et en milieu rural. Avec cette opération, « qui n’est qu’une étape dans une mobilisation multiforme visant à réclamer l’organisation d’un collectif budgétaire avant l’été », selon les mots de la direction de la FCPE, les parents, excédés, « prennent leurs affaires en main ».

** Félicia, 40 ans, écoles Providence et Espérance, Paris, XIIIe**

« Nous ne sommes pas d’accord !, répète Félicia. Les parents d’élèves ont leur mot à dire. Il faut les entendre ! » Chargée de projet informatique dans une banque, et membre de la FCPE, elle fait partie des parents qui occupent depuis début mars les écoles Espérance et Providence A et B. Ses deux garçons sont scolarisés dans ce groupe scolaire. Chaque mardi, « à 2 ou à 13 ! » , ils investissent le bureau d’un des directeurs avant d’aller travailler. Ils répondent au téléphone et monopolisent le fax pour envoyer des messages à la presse, aux élus, aux instances publiques.

« Il faut informer le plus largement possible ! Tous ceux à qui on a expliqué la situation ont signé notre

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Société
Temps de lecture : 7 minutes

Pour aller plus loin…

« Le discours sur la sexualité des jeunes se résume à une forme de panique morale et sanitaire »
Entretien 28 février 2024 abonné·es

« Le discours sur la sexualité des jeunes se résume à une forme de panique morale et sanitaire »

Dans son livre Les Choses sérieuses, la sociologue Isabelle Clair enquête sur les amours adolescentes et examine la manière dont filles et garçons entrent en relation.
Par Hugo Boursier
Violences sexuelles : dans les lycées, la grande omerta
Enquête 28 février 2024 abonné·es

Violences sexuelles : dans les lycées, la grande omerta

Si les politiques publiques contre le harcèlement scolaire ont été renforcées, celles contre les agressions entre élèves demeurent confidentielles. Elles laissent les personnels dépourvus de cadre et les victimes souvent seules face à leur traumatisme.
Par Pierre Jequier-Zalc
Dans l’Hérault, un SNU sauce gospel et tir au pistolet
SNU 27 février 2024

Dans l’Hérault, un SNU sauce gospel et tir au pistolet

Dans une publication sur X (ex-Twitter) de la direction des services départementaux de l’Éducation nationale de l’Hérault, rapidement supprimée, des jeunes volontaires du SNU célébraient leur fin de séjour de cohésion par une chorégraphie au son d’un gospel. L’an dernier, dans ce centre, un intervenant extérieur a appris à des jeunes à tirer au pistolet.
Par Hugo Boursier
À l’hôpital de Bourges, « on accepte que la mort puisse être une issue »
Reportage 23 février 2024 abonné·es

À l’hôpital de Bourges, « on accepte que la mort puisse être une issue »

Malgré le manque de moyens et le désert médical dont souffre le département du Cher, la petite équipe de ce centre hospitalier essaie de soulager la douleur des patients en fin de vie.
Par Hugo Boursier