François Daniellou : « Un déficit de démocratie industrielle »

François Daniellou, professeur d’ergonomie à l’Institut polytechnique de Bordeaux, souligne la nécessité d’impliquer les salariés dans l’organisation du travail.

Ivan du Roy  • 5 mai 2011 abonné·es

Politis : Quels impacts a la crise sur le travail et son organisation ?

François Daniellou : Le travail, c’est la rencontre entre des connaissances théoriques d’experts et de gestionnaires qui descendent et des expériences pratiques de salariés qui remontent. Nous avons besoin de l’articulation des deux. Or, aujourd’hui, les connaissances descendantes – les objectifs de production, l’organisation du travail… – écrasent l’expérience qui remonte des ateliers ou des plateformes d’appels. Les directions croient que tout va se passer comme l’ont prévu leurs beaux graphiques. Tout ce que les salariés déploient pour que cela fonctionne bien est ignoré, voire combattu. Les

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Travail
Temps de lecture : 6 minutes