La pénurie d’eau, question très chaude

La probabilité d’une sécheresse se dessine en France, et des mesures d’urgence sont déjà prises. C’est l’occasion de repenser notre modèle agricole productiviste, dont les besoins en eau sont considérables.

Lucie Girardot  • 19 mai 2011 abonné·es
La pénurie d’eau, question très chaude
© Photo : AFP / PLEUL/dpa

Le risque de sécheresse affecte désormais 28 départements. Plusieurs mesures d’urgence ont été prises par les ministères de l’Agriculture et de l’Écologie, visant à réduire les fuites sur les réseaux d’eau potable et instaurant une gestion collective des autorisations de prélèvement pour l’irrigation. Car l’été s’annonce mal. Début avril, 58 % des nappes phréatiques enregistraient déjà un niveau inférieur à la normale.

Si le déficit

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Écologie
Temps de lecture : 5 minutes