Banale histoire provinciale …

… d’une expulsion programmée

Bernard Langlois  • 15 juin 2011
Partager :

C’est une histoire tristement banale, comme il s’en passe des dizaines d’autres tous les mois dans notre beau pays, si fier d’avoir (soi-disant) inventé les Droits de l’Homme.

Celle-ci se déroule à Guéret,

Illustration - Banale histoire provinciale …

grosse bourgade assoupie aux marches du Massif Central (15 000 habitants), préfecture de la Creuse, où le train de la ligne Paris-Toulouse ne daigne même pas s’arrêter. Les élus de Creuse font ce qu’ils peuvent (et ne peuvent pas grand chose), pour retarder la mort inéluctable d’un département rural d’un charme fou, mais qui crève à petit feu …

Mais l’histoire dont je vous parle aujourd’hui pourrait se passer n’importe où en France. C’est celle d’une famille menacée d’expulsion et ce sont les militants de Réseau Education sans Frontières

Illustration - Banale histoire provinciale …

qui la racontent, en appelant , comme partout ailleurs où se passent de telles choses, à la solidarité et la vigilance des hommes de bonne volonté.

Voici donc :

*Bonjour à tous

Il me semble important de vous informer, en tant que parents, et de nous retrouver le plus nombreux possible s’il y a mobilisation !

Voici quelques mots sur la situation horriblement extraordinaire de cette famille franco-géorgienne qui foule depuis sept ans la terre promise de notre pays des droits de l’homme !

Tamari et son mari sont arrivés en France il y a 7 ans et sont à Guéret depuis 5 ans.

De cette union pleine d’espoirs d’une vie meilleure sont nés à Guéret une petite fille et un petit garçon. Elisabeth est scolarisée au sein de l’école maternelle Jacques Prévert depuis deux ans. Tamari, la maman est parent élu, participe aux ateliers parentalité et fait de nombreuses actions bénévoles, notamment au Secours populaire.

Les parents sont géorgiens et ne parviennent pas avoir de papiers pour régulariser leur situation. La première demande date d’il y a 7 ans, et tous deux ont des promesses d’embauche sur Guéret.

Malgré leur intégration, la scolarité de leurs enfants nés en France et toutes leurs démarches, ils sont menacés d’expulsion. Hier, le papa et le petit garçon ont été emmenés au commissariat de Guéret. La famille ne vit plus que dans l’angoisse d’être placée en centre de rétention.

Par solidarité, par dégoût de ce manque de respect envers l’homme, par indignation, il serait intéressant de diffuser cette histoire ordinaire pour manifester notre soutien pour cette famille.

L’éducation et l’espoir devraient être sans frontières.

Merci, nous vous tiendrons au courant des suites et n’hésitez pas à faire suivre dans vos réseaux.

Morgane et Géraldine, parents d’enfants scolarisés à l’école Jacques Prévert.*

Illustration - Banale histoire provinciale …

Je sais : « La France ne peut accueillir » , etc.

Mais quoi ! Après sept années de présence, deux naissances, une volonté d’intégration manifeste et, à l’évidence, en très bonne voie, cette famille serait donc encore expulsable, et sous peu expulsée ?

On n’ose y croire.

Publié dans
Les blogs et Les blogs invités
Temps de lecture : 3 minutes
Soutenez Politis, faites un don !

Envie de soutenir le journal autrement qu’en vous abonnant ? Faites un don et déduisez-le de vos impôts ! Même quelques euros font la différence. Chaque soutien à la presse indépendante a du sens.

Faire Un Don