Ceux qui profitent de la sécheresse

L’exceptionnelle sécheresse 2011 provoque déjà des spéculations sur les denrées agricoles. Les plus gros consommateurs d’eau, agriculteurs en tête, rechignent à réduire leurs prélèvements. La remise en cause d’un système gaspilleur d’eau passe au second plan face à l’urgence agricole.

Patrick Piro  et  Claude-Marie Vadrot  • 9 juin 2011 abonné·es
Ceux qui profitent de la sécheresse
© Photo : AFP / Zoccolan

Les quelques orages qui ont humidifié la France depuis dimanche dernier n’y changeront rien : il est déjà trop tard pour échapper aux conséquences d’une sécheresse implacable, fomentée depuis l’hiver dernier et surtout un printemps exceptionnellement chaud et sec. Les nappes phréatiques sont au plus bas. « C’est même pire qu’en 1976 » , se remémorent les agriculteurs, les premiers à tirer la sonnette d’alarme.

Les plus fragilisés sont les éleveurs : il n’y a presque plus d’herbe dans les prairies. Le niveau des réserves de foin, prévues pour l’automne, a déjà

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Publié dans le dossier
Les profiteurs de la sécheresse
Temps de lecture : 6 minutes