Jean-Louis Laville : « C’est le moment d’être pris au sérieux »

Le sociologue Jean-Louis Laville explique les enjeux des états généraux de l’Économie sociale et solidaire. Et définit un secteur qui a vocation à devenir une composante à part entière de l’économie.

Thierry Brun  • 16 juin 2011 abonné·es
Jean-Louis Laville : « C’est le moment d’être pris au sérieux »
© Dernier ouvrage paru : **Agir à gauche, l’économie sociale et solidaire* ,* édition DDB, 2011.

Politis : Pourquoi ce besoin d’organiser des états généraux de l’économie sociale (ESS) et solidaire cette année ?


Jean-Louis Laville : Le milieu de l’ESS s’est beaucoup modifié ces dernières décennies. Une tradition d’économie sociale est représentée par les statuts associatifs, coopératifs et mutualistes et, à partir des années 1970, une multitude d’initiatives citoyennes ont généré des démarches de démocratisation de l’économie. Elles se sont

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Temps de lecture : 5 minutes