Jean-Louis Laville : « C’est le moment d’être pris au sérieux »

Le sociologue Jean-Louis Laville explique les enjeux des états généraux de l’Économie sociale et solidaire. Et définit un secteur qui a vocation à devenir une composante à part entière de l’économie.

Politis : Pourquoi ce besoin d’organiser des états généraux de l’économie sociale (ESS) et solidaire cette année ? Jean-Louis Laville : Le milieu de l’ESS s’est beaucoup modifié ces dernières décennies. Une tradition d’économie sociale est représentée par les statuts associatifs, coopératifs et mutualistes et, à partir des années 1970, une multitude d’initiatives citoyennes ont généré des démarches de démocratisation de l’économie. Elles se sont retrouvées sous l’appellation d’économie solidaire. Plus…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents