Dossier : Drogues, pourquoi il faut dépénaliser

Les travailleurs sociaux en première ligne

Grenoble, agglomération étudiante et sportive de 530 000 âmes : comme ailleurs, le marché du cannabis a le vent en poupe depuis le début des années 1980. Les travailleurs sociaux dénoncent des situations d’addiction très ancrées chez les jeunes les plus fragiles socialement. « Certains ont besoin de fumer 10 à 15 joints par jour », explique un éducateur de prévention de la délinquance à Grenoble. « Il y a un manque de confiance en soi réel chez ces jeunes, et le cannabis empêche de se prendre la tête, de…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents