Naples, futur laboratoire politique

La gauche radicale a remporté la mairie de Naples, qui accueille des élus largement issus du mouvement social. Le journaliste Angelo Mastrandrea analyse ici la composition de la nouvelle municipalité et ses projets.

Le lendemain du scrutin, Alberto Lucarelli est à son poste à l’université aux côtés d’Alain Caillé pour un colloque sur l’économie du don. Professeur de droit public à Naples et à Paris-I, promoteur des référendums pour une gestion publique de l’eau et contre le nucléaire, Lucarelli incarne parfaitement l’esprit de cette « révolution » advenue à Naples via les urnes. Dans la capitale du Sud, où la corruption et la criminalité ont ces derniers temps retrouvé leur niveau des années 1980, quand les morts se…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents