Ravalement de façade

Un rapport salue les effets de la rénovation urbaine, mais la politique de la ville reste en souffrance.

Ingrid Merckx  • 23 juin 2011 abonné·es

Le 13 juin, l’Agence nationale pour la rénovation urbaine (ANRU) publie une enquête de satisfaction commandée au CSA. « Sur les rénovations entreprises, les habitants des quartiers bénéficiaires se montrent très satisfaits (69 %) », indique ce document, qui croise les réponses de 801 habitants des 100 premières communes sous convention ANRU, et de 502 habitants des 100 premiers quartiers en rénovation sous convention ANRU.

« L’adhésion est élevée » se félicite l’agence, et pas seulement auprès des quartiers concernés. Ainsi, le programme de rénovation « fédère l’opinion des différentes catégories de population » et « parvient également à donner confiance dans la capacité du politique à agir pour améliorer la vie quotidienne. » Seul bémol : « Malgré tous les espoirs qu’il suscite, [il] ne peut pas résoudre toutes les difficultés et lisser complètement les différences sociales entre les quartiers. »


C’est peu de le dire : le 23 mai, les élus urbains s’alarmaient dans un communiqué du « décrochage social » de nombreux quartiers, de « l’abandon de la politique de la ville », de la « réduction programmée » des engagements de l’État et des « effets d’annonce sans traduction positive pour les huit millions d’habitants concernés ». Comment expliquer un tel écart ? Soit la rénovation urbaine continue à se penser indépendamment de la politique de la ville, soit elle lui sert d’alibi. « Saluant les avancées de la rénovation urbaine depuis 2004, les élus urbains n’en souhaitent pas moins pour l’avenir des inflexions significatives », précisaient les élus : « plus forte mixité sociale dans les processus de relogement, meilleur équilibre entre démolition et réhabilitation, traitement approprié des copropriétés dégradées… ».


De son côté, le 14 juin, le maire de Paris rappelait la baisse de 20 % en 2011 du budget national politique de la ville, l’échec du plan « Espoir banlieue », le manque d’ambition des contrats urbains de cohésion sociale et la chute des subventions aux associations de quartiers populaires : – 50 % à Paris, qui compte 14 quartiers « politique de la ville » sur 200 très prioritaires en France. « Il faudrait que les solidarités nationales et locales s’additionnent au lieu de se soustraire », déplore Gisèle Stievenard, adjointe de Bertrand Delanoë, maire de Paris. Dans l’appel de Nantes, signé le 15 avril, les villes et les quartiers populaires, inquiets, réclamaient la tenue d’États généraux de la politique de la ville avant la fin de l’année.

Société
Temps de lecture : 2 minutes

Pour aller plus loin…

L’expulsion du « En Gare » à Montreuil menace des sans-papiers
Entretien 24 mai 2024 abonné·es

L’expulsion du « En Gare » à Montreuil menace des sans-papiers

Une vingtaine de personnes, pour la plupart sans papiers, vivaient dans ce squat montreuillois. Elles risquent d’être expulsées du pays, craint un coordonnateur du lieu qui nous expose les raisons et conséquences de cette opération de police.
Par Pauline Migevant
À la maison, à l’école, en ligne ou dans la rue : les violences LGBTIphobes sont partout
Violences 17 mai 2024 abonné·es

À la maison, à l’école, en ligne ou dans la rue : les violences LGBTIphobes sont partout

Deux rapports, l’un de SOS Homophobie, l’autre de l’Observatoire LGBTI+ de la Fondation Jean Jaurès révèlent, en cette Journée internationale de lutte contre l’homophobie et la transphobie, l’insécurité dans laquelle vivent les personnes LGBT et ce, dès leur plus jeune âge.
Par Hugo Boursier
Mobilisations étudiantes pour Gaza : « Un véritable tournant répressif »
Jeunesse 17 mai 2024 abonné·es

Mobilisations étudiantes pour Gaza : « Un véritable tournant répressif »

Multiplication des interventions policières, fermeture des lieux d’études, annulation ou interdiction de conférences : la répression des étudiants en raison de leur mobilisation pour le peuple palestinien est devenue la seule réponse des universités.
Par Léa Lebastard
« L’inceste, c’est toute une vie de silence »
Entretien 16 mai 2024 abonné·es

« L’inceste, c’est toute une vie de silence »

Dans un entretien donné à Politis, l’anthropologue Dorothée Dussy décrit les mécanismes du silence autour de l’inceste empêchant les victimes d’être entendues.
Par Pauline Migevant