Casser la spéculation au plus vite

Seules une forte volonté politique et une intervention de la Banque centrale européenne pourraient arrêter les mouvements spéculatifs sur la dette italienne.

Thierry Brun  • 21 juillet 2011 abonné·es

Lundi 11 juillet, les Bourses européennes chutent. Les salles de marchés bruissent de la crainte d’une contagion de la crise grecque à d’autres pays de la zone euro, en particulier l’Italie, qui tarde à mettre en place un plan

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Publié dans le dossier
Israël, l'aveuglement
Temps de lecture : 2 minutes