Chili : étudiants en colère

Depuis six semaines, une forte mobilisation nationale de la jeunesse déstabilise le gouvernement.

« L’éducation est un droit ! » , s’exclame Javier Palacios, étudiant en physique de 19 ans, qui se prépare à courir une heure autour du palais présidentiel, en plein centre de Santiago. « Je cours pour dire non au profit, oui à une éducation publique de qualité, gratuite, pour tous ! » Jusqu’à fin août, ce marathon de « 1 800 heures pour l’éducation » entend peser sur la situation, comme les manifestations créatives orchestrées par les étudiants, telles les chorégraphies collectives sur « Thriller » de…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents