Et l’humain dans tout ça ?

Au lendemain de l’adoption, le 21 juillet, du plan dit « de sauvetage de la Grèce », c’est avec ferveur que nous avons été invités à partager le soulagement de la finance internationale. « Les marchés rassurés ! » titraient en chœur la plupart de nos confrères. Les mêmes n’avaient ni un mot ni un regard pour les peuples, et surtout pas pour les Grecs. Comme si les dévots de ce nouveau monothéisme n’imaginaient pas un instant que l’on puisse avoir une autre religion. C’est aux marchés qu’il faut sacrifier.…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.