Petrucciani : portrait flou

Un film de Michael Radford sur l’homme handicapé plus que sur le musicien génial.

Pas de musique au premier plan. C’est par un commentaire ému sur sa taille et son talent que débute ce film consacré à Michel Petrucciani. Pianiste de génie mort en 1999, à 36 ans. A-t-il succombé à la maladie avec laquelle il était né : l’ostéogénèse imparfaite ou « maladie des os de verre », qui explique qu’il mesurait un mètre et ne s’est déplacé, longtemps, que porté comme un bébé ? Ou est-ce une combinaison de cette pathologie et de consommation d’alcool et de ­drogues qui l’a tué ? Portrait de…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Louis Mieczkowski, l'insaisissable

Société accès libre
par ,

 lire   partager

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.