Biélorussie, la dernière dictature d’Europe

Ales Bialatski, le principal représentant des opposants au régime de Loukachenko, est incarcéré depuis août. La peur règne dans tout le pays.

Depuis le début du mois d’août, Ales Bialatski, le président de Viasna 1, la plus importante association de défense des droits de l’homme en « République » biélorusse, est en prison. Que cet écrivain et enseignant soit également le vice-­président de la Fédération internationale des droits de l’homme ne dérange pas du tout le président Alexandre Loukachenko, constamment « réélu » depuis 1994. Cela ne gêne pas non plus la justice de son pays, habituée, comme la police, à obéir aux oukases de cet ancien…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notfications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.