Fralib : l’Éléphant fait le dos rond

Les salariés de Fralib, qui produit le « Thé de l’Éléphant » près de Marseille, mènent une bataille
contre le géant de l’agroalimentaire néerlando-britannique Unilever. Ils veulent sauver leur usine.

«Boycott Lipton ! Non à la fermeture de Fralib ! » : à mesure que l’on se rapproche de Gémenos, près de Marseille, les affiches se multiplient. À l’entrée, une banderole : « Usine occupée ». Une tête surgit. Celle d’une salariée jouant les vigies. Fin août, un an après avoir annoncé vouloir fermer sa dernière usine de conditionnement de thé en France, le géant de l’agroalimentaire néerlando-britannique Unilever a envoyé les premières lettres de licenciement. Depuis, craignant son démantèlement et refusant…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 5€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.