« L’Art français de la guerre », d’Alexis Jenni : Le temps infini des colonies

Prix Goncourt 2011, le premier roman d’Alexis Jenni retrace vingt ans de guerre, de 1942 à 1962, pour en discerner les séquelles dans la société française d’aujourd’hui.

Christophe Kantcheff  • 1 septembre 2011 abonné·es
« L’Art français de la guerre », d’Alexis Jenni : Le temps infini des colonies
L’Art français de la guerre, Alexis Jenni, Gallimard, 634 p., 21 euros.
© AFP ImageForum

Dans l’Art français de la guerre, premier roman d’Alexis Jenni, le narrateur se livre, sur quelques paragraphes, à la critique de deux films : les Visiteurs du soir, tourné en 1942, et le Vieux Fusil, réalisé trois décennies plus tard, mais dont l’action se déroule à la même période. C’est peu de dire qu’il ne les tient pas en haute estime, surtout le second, piètre production à succès de Robert Enrico. Mais ce qui frappe plus encore, c’est

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Culture
Temps de lecture : 5 minutes