Le bluff de DSK

Denis Sieffert  • 22 septembre 2011 abonné·es

Qui peut encore l’ignorer ? Dominique Strauss-Kahn était l’invité du journal de TF 1, dimanche soir. Vingt-huit minutes, comme si la Terre s’était arrêtée de tourner… Sur la forme, on peut évidemment être impressionné par l’aplomb de cet homme qui vient se confesser devant la France entière, sans un tremblement, sans hésitation ni trouble apparent. De la belle ouvrage. Un grand professionnel de la politique. Mais on est surtout irrité par une mise en scène dont l’orchestration était, finalement, si manifeste. Et même choqué par la fin de l’entretien, qui replaçait l’homme dans son statut d’expert économique commentant la crise grecque. Comme si de rien n’était.
Sur le fond, DSK a réussi trois coups de bluff. Le premier, en balayant d’un revers de main le certificat médical présenté par Nafissatou Diallo – « une simple fiche d’entrée à l’hôpital », a-t-il affirmé –, réduisant en note administrative ce qui résultait d’un examen médical.

Dominique Strauss-Kahn a ensuite brandi le rapport du procureur comme l’arme absolue, affirmant que la femme de chambre avait menti sur tout. Ce n’est pas ce que dit le rapport, qui relève certes les contradictions de Nafissatou Diallo sur les minutes qui ont suivi sa sortie de la fameuse suite 2806, mais qui ne conteste pas ses déclarations sur ce qui s’est passé dans la chambre.

Enfin, il n’est pas exact de dire que la décision de la justice américaine équivaut à un « non-lieu ». Aux États-Unis, un procureur en campagne pour sa réélection ne peut pas se permettre un échec dans un procès. En l’occurrence, Cyrus Vance Jr a considéré que le risque était trop grand pour lui d’aller au procès sans pouvoir apporter une preuve décisive du viol. C’est donc le « doute » du procureur qui a profité à DSK. Mais on ne peut, comme l’a fait ce dernier dimanche soir, transformer ce doute en certitude. Dommage qu’un contradicteur informé du contenu du rapport et des mécanismes de la justice américaine n’ait pas été placé en face de DSK. Mais cette interview-là pouvait-elle avoir lieu ?

Société
Temps de lecture : 2 minutes

Pour aller plus loin…

Face à l’extrême droite, un bloc syndical et citoyen déterminé
Mobilisation 11 juin 2024

Face à l’extrême droite, un bloc syndical et citoyen déterminé

Les organisations syndicales veulent poursuivre l’esprit unitaire de la bataille des retraites, conscientes, comme la société civile, que le combat ne fait que commencer jusqu’aux législatives.
Par Hugo Boursier
Kylian « Megalopolis » Mbappé
Sport 4 juin 2024 abonné·es

Kylian « Megalopolis » Mbappé

L’attaquant français rejoint logiquement le Real Madrid au terme d’un exercice de communication parfaitement maîtrisé. Le capitaine des Bleus est un des Français les plus médiatiques et influents aujourd’hui, ce qu’Emmanuel Macron a bien compris.
Par Nicolas Kssis-Martov
« Avec ce qu’il se passe en Palestine, je ne peux pas ne pas voter »
Reportage 29 mai 2024 abonné·es

« Avec ce qu’il se passe en Palestine, je ne peux pas ne pas voter »

Ce 28 mai au soir, des milliers de personnes, dont une majorité de jeunes, se sont réunies place de la République en soutien à la Palestine, avant de se retrouver pour certain·es au « Manifestival » organisé par Louis Boyard. Sébastien Delogu, le député ayant brandi un drapeau palestinien à l’Assemblée, y est apparu.
Par Éléna Roney
Un observatoire pour recenser les atteintes à la liberté de la presse en France
Presse 28 mai 2024 abonné·es

Un observatoire pour recenser les atteintes à la liberté de la presse en France

L’Observatoire français des atteintes à la liberté de la presse (Ofalp) s’est lancé le 24 mai lors d’une rencontre publique, réunissant citoyens et journalistes. Il entend recenser et rendre publiques les entraves au droit d’informer, en publiant un rapport annuel.
Par Clémence Le Maître