Le Sénat vire à gauche

Le scrutin de dimanche a fait basculer le Sénat à gauche, pour la première fois dans l'histoire de la Ve République. Une mauvaise nouvelle de plus pour l'UMP et Nicolas Sarkozy, à sept mois de la présidentielle.

Cet article est en accès libre. Politis ne vit que par ses lecteurs, en kiosque, sur abonnement papier et internet, c’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas prendre de publicité sur son site internet. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance, achetez Politis, abonnez-vous.


Les affaires, les sondages, les dissensions internes et maintenant, les élections ! Même si le scrutin sénatorial ne faisait intervenir que les grands électeurs (voir encadré), le message passé dimanche a été reçus cinq sur cinq par la majorité gouvernementale.

L'Elysée a ainsi vite « pris acte » des résultats tandis que François Fillon haranguait déjà ses troupes en vue de de 2012. « Le moment de vérité aura lieu au printemps prochain. Ce soir, la bataille commence » , a prévenu le Premier ministre dans un communiqué.

Pour le patron des sénateurs PS, Jean-Pierre Bel, qui pourrait succéder samedi à Gérard Larcher (UMP) à la tête de la Haute assemblée, « le changement est en marche » . Comme un symbole, c'est la fameuse « règle d'or » de retour à l'équilibre budgétaire, dont l'inscription dans la Constitution était voulue par Nicolas Sarkozy, qui va passer à la trappe. Avec le basculement du Sénat, le gouvernement ne saurait réunir une majorité des trois cinquièmes des députés et sénateurs.

Plus globalement, la gauche pourra désormais retarder l'adoption de textes législatifs et donner plus de publicité à son opposition, même si c'est toujours à l'Assemblée nationale que reviendra le dernier mot (À lire sur Politis.fr : Sénat à gauche, ce qui va changer).

Quelques résultats symboliques

  • Le ministre de la Ville, Maurice Leroy, est battu.
  • Un 8e siège est gagné par la gauche à Paris, où l'UMP ne détient plus que deux sénateurs.
  • Gain d'un siège pour la gauche dans les Yvelines, le département du président UMP du Sénat Gérard Larcher.
  • Avec 10 élus contre 4 auparavant, les écologistes pourraient tenter de créer leur propre groupe.
  • La droite a perdu des départements qu'elle détenait depuis pratiquement toujours, comme la Lozère.
  • Dans le Morbihan, contre toute attente, la gauche a remporté les trois sièges.
  • Consolation pour le camp présidentiel : les ministres Gérard Longuet (Défense) et Chantal Jouanno (Sport) ont été élus.

Composition du Sénat par «nuances politiques»

après le renouvellement du 25 septembre 2011
Illustration - Le Sénat vire à gauche



Avec AFP

Photo : Jacques Demarthon / AFP


Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notfications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.