Mon banquier va « kraquer »

Les salariés du secteur bancaire voient leurs conditions de travail se dégrader et la méfiance du public à l’égard de leur métier augmenter.

Quand les banques plongent, les banquiers boivent la tasse. Alors que la crise financière est repartie durant l’été (voir page suivante), le malaise a gagné bon nombre des 380 000 salariés du secteur bancaire français. Directeurs d’agence, conseillers clientèle, personnels en back-office ou sur les plateformes téléphoniques, les « petites mains » du système financier sont prises dans la tourmente. Condamnées à sombrer avec le navire, en quelque sorte… En août, deux suicides avaient lieu coup sur coup à la…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 5€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Droit à l’avortement, cause universelle

Éditorial accès libre
par ,

 lire   partager

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.