Ping Machine a un cœur

Des trucs pareils, troisième album d’un jazz-band qui ne renonce jamais à l’émotion.

«P remière chose, j’essaie de ne plus trop parler de big band », indique Fred Maurin lorsqu’on lui demande de qualifier Ping Machine. « J’ai tendance à dire qu’on est un groupe de musiciens faisant de la musique. » Attention, il ne faudrait pas prendre cet avertissement pour un déni du genre. Au contraire, l’orchestre qu’il dirige depuis 2005 a un héritage jazzistique très assumé. Gil Evans, Bob Brookmeyer et Maria Schneider peuvent être fiers de leur descendance. Si Fred Maurin évite de parler de big…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents