Sur la plage empoisonnée

Prolifération d’algues vertes cet été en Bretagne, et émanations mortelles pour des dizaines de sangliers. Le timide plan de l’État reste sans effets.

Cet été, la découverte sur la plage de Morieux (Côtes-d’Armor) de 36 cadavres de sangliers, probablement asphyxiés par le sulfure d’hydrogène, a vivement relancé la polémique sur la prolifération des algues vertes en Bretagne, dues aux nitrates d’origine agricole. En 2009, le gaz toxique dégagé par la putréfaction de ces végétaux avait tué un cheval et un employé chargé de nettoyer les plages. L’invasion saisonnière, qui ne reflue pas, empoisonne de plus en plus le climat local. Les écologistes dénoncent…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 5€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Marlène Schiappa au tribunal

Société accès libre
par ,

 lire   partager

Poutine, une aubaine pour Washington

Éditorial accès libre
par ,

 lire   partager

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.