Tchernobyl : le nuage innocenté

La mise hors de cause de Pierre Pellerin est considérée comme un « déni de justice » par les associations de malades de la thyroïde.

Pas de preuve, donc pas d’affaire et pas de responsable : en rendant un non-lieu général dans l’affaire des retombées du nuage de Tchernobyl, mercredi 7 septembre, la cour d’appel de Paris a reçu une volée de commentaires scandalisés. Pour les associations de malades engagées dans la bataille, plusieurs personnalités écologistes et la poignée de scientifiques qui avaient inlassablement collecté des données à charge, c’est « révoltant », « un déni de justice », « l’impunité pour le nucléaire », « une…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 5€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.