Tinariwen : « L’important, c’est le souffle »

Tinariwen a congédié les guitares électriques dans son nouvel album, enregistré dans le sud-est algérien. Retour aux origines et bilan sur l’influence du groupe.

Le nouvel album de Tinariwen se nomme Tassili, en référence à l’endroit où il a été enregistré, dans le Sud-Est algérien. Particularité : le groupe a fait le choix de se passer pour un temps des guitares électriques, pourtant symboliques de sa couleur musicale. Il en résulte un sentiment particulier de recueillement mais, comme on a pu le constater sur la scène des Bouffes du Nord, en juin dernier, lors d’un concert acoustique de pure magie, électricité ou pas, la musique de Tinariwen s’adresse toujours…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 5€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.