À flux détendu

On avait beau espérer une autre décision, celle-ci, malheureusement, n’est pas surprenante : la justice iranienne a confirmé la condamnation de Jafar Panahi à six ans de prison et vingt ans d’interdiction de faire des films, d’écrire des scénarios, de voyager à l’étranger et de donner des interviews. La justice iranienne ? Il y a comme un oxymore dans cette expression. La décision n’est pas encore officielle, elle a été divulguée par voix de presse, et l’avocate du cinéaste n’en a pas encore reçu la…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents