Asile : des enfants à la rue

Il y aurait six mille mineurs étrangers isolés en France, dont la moitié à Paris et en Seine-Saint-Denis. Ce département réclame de l’aide.

Fin du bras de fer. Le 10 octobre, le conseil général de Seine-Saint-Denis a rouvert l’accueil des mineurs étrangers isolés. Il était fermé depuis le 1er septembre, dans le but d’obtenir de l’État qu’il s’en mêle davantage. Le 9 octobre, le ministère de la Justice a finalement accepté une répartition de l’accueil sur le grand bassin francilien. En théorie, la Seine-Saint-Denis ne devrait désormais plus accueillir qu’un mineur étranger sur dix. « Sur quels critères ? », s’interroge Hors la rue. Appelée à la…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Le goût subtil de la gentrification

Société
par ,

 lire   partager

Articles récents