Finance casino

L’arrestation d’un trader de la banque suisse UBS remet au premier plan
des pratiques toujours débridées, qui sont au cœur des nouvelles bulles prêtes à exploser.

Signe que rien n’arrête les marchés financiers, les traders s’en donnent toujours à cœur joie, au point que certains se prennent les pieds dans le tapis. C’est le cas récent de Kweku Adoboli, qui travaillait pour le compte de la banque suisse UBS et lui a fait perdre 1,5 milliard d’euros. Trois ans plus tôt, Jérôme Kerviel, ancien opérateur de marché de la Société générale, était jugé responsable de la perte de 4,8 milliards d’euros. Les deux hommes ne sont pas les seuls à miser des dizaines de ­milliards…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 5€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Macron, l’Europe et Poutine

Éditorial accès libre
par ,

 lire   partager

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.