Hollande, l’homme constant

La victoire de François Hollande à la primaire socialiste confirme la mutation du PS qu’il a su impulser en onze ans de règne.

La large victoire de François Hollande sur Martine Aubry peut être lue de deux façons. La première se résume à l’histoire d’une résurrection que l’on présente aussi comme une métamorphose. L’ancien patron du PS au bilan décrié a réussi en moins de trois ans à se présenter en « homme neuf ». En 2007, dans l’Impasse , Lionel Jospin lui reprochait sévèrement de n’avoir pas fait « réfléchir le PS sur le fond, continûment et collectivement » . « L’intelligence, la vivacité d’esprit, la souplesse d’adaptation et…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents