Islam ou islamisme ?

La place de la religion est au centre du débat avant l’élection le 23 octobre d’une assemblée constituante.

Thierry Bresillon  • 6 octobre 2011 abonné·es
Islam ou islamisme ?

Le 23 octobre, les Tunisiens vont voter pour désigner une assemblée constituante. L’enjeu : la définition du régime politique et du socle de valeurs, après un demi-siècle ­d’autocratie policière.

Crédité de 20 à 30 % des intentions de vote, le parti islamiste Ennahdha est annoncé comme le vainqueur probable du scrutin, tandis que les signes extérieurs de religiosité se font plus visibles. Sur Facebook et dans les débats publics, l’Association tunisienne des femmes démocrates, emblématique de l’élite moderniste et laïque, est l’objet d’attaques virulentes. Dans un autre registre, la Haute Instance pour la réalisation des objectifs de la révolution a adopté, début juillet, sur proposition des partis nationalistes et d’Ennahdha, une clause interdisant la normalisation des relations avec « l’entité sioniste » .

La révolution tunisienne, démarrée sous la bannière de la liberté, va-t-elle tourner au repli identitaire sur des valeurs arabo-islamiques ? C’est l’opinion du Pôle démocratique moderniste, un collectif de partis et d’organisations constitué autour du mouvement Ettajdid (l’ancien parti communiste, converti à la social-démocratie depuis 1994) pour contrer le projet d’Ennahdha et défendre l’ancrage de la Tunisie dans des valeurs universelles. Une position loin de faire consensus.

« Le modèle de société n’est pas en jeu, et c’est la gauche laïciste qui a enflammé le débat identitaire » , accuse Khelil Ezzaouia, porte-parole du Forum démocratique pour le travail et les libertés (FDTL), parti de centre-gauche. « Le rejet de l’islamisme a poussé une partie de la gauche à s’allier à Ben Ali » , rappelle-t-il.

« L’islamisme n’est pas une préoccupation pour la population, le problème principal est socio-économique. La priorité, pour la Constituante, c’est la rupture avec l’ancien régime, assure Hamma Hamami, secrétaire du Parti communiste des ouvriers tunisiens (PCOT). I l faut relativiser la force d’Ennahdha. La stratégie de diabolisation est contre-productive. »

Depuis qu’il a été légalisé le 1er mars dernier, le parti islamiste s’emploie à rassurer sur sa volonté de s’inscrire dans le cadre du pluralisme. « Le problème n’est pas l’islamisation ou la désislamisation de la société, c’est la démocratisation » , confirme Ajmi Ourimi, membre du bureau exécutif ­d’Ennahdha, après plus de seize ans passés dans les geôles de Ben Ali.

Pour comprendre ces convergences étonnantes, il faut revenir à une mobilisation lancée en 2005, dite « Mouvement du 18 octobre », qui rassemblait Ennahdha, le PCOT, le FDTL et le Parti démocrate progressiste (le PDP) autour de revendications démocratiques. « Cette expérience a été très importante, insiste Ajmi Ourimi. Nous avons bâti une relation de confiance avec les autres partis. Aujourd’hui, nous entendons conserver cette méthode fondée sur la concertation. La référence à l’identité arabo-musulmane de la Tunisie rassemble tous les partis centristes, poursuit-il. Tout le monde est d’accord pour exclure ce sujet du champ des problèmes. Seuls les extrêmes, les salafistes et les laïcistes veulent en faire un objet de surenchère. » « Avec le conflit israélo-palestinien, l’esprit de croisade de l’après-11 Septembre, la guerre en Irak, la population s’est sentie attaquée par l’Occident sur un plan identitaire » , analyse Hamma Hamami. Le harcèlement policier à l’égard des femmes voilées et des fidèles trop assidus à la mosquée a renforcé sous Ben Ali ce besoin de réaffirmer l’islamité.
Mais ce retour identitaire vient de plus loin encore. De la tentative de modernisation autoritaire menée par Habib Bourguiba. « Dans sa conception de l’identité tunisienne, il a voulu écarter l’islam et la tradition, dénonce Ajmi Ourimi. Nous sommes d’accord pour conserver les acquis des femmes, mais nous voulons réintégrer ­l’islam dans l’équation identitaire tunisienne. » La révolution tunisienne, processus commencé le 14 janvier 2011, n’a pas encore livré toute sa signification.

Monde
Temps de lecture : 3 minutes

Pour aller plus loin…

En Sicile, les damnés de la serre
Italie 10 avril 2024 abonné·es

En Sicile, les damnés de la serre

Dans l’une des plus grandes concentrations de serres d’Europe, les abus sont légion. Ces dernières années, le racket des ouvriers tunisiens venus avec un visa s’est généralisé.  
Par Augustin Campos
La gauche grecque, du pouvoir à la marginalisation
Monde 3 avril 2024 abonné·es

La gauche grecque, du pouvoir à la marginalisation

Avec l’arrivée au pouvoir d’Alexis Tsipras en 2015, le pays devait faire figure de modèle pour les gauches radicales d’Europe. Près de dix ans plus tard, Syriza cumule les échecs électoraux et les espoirs se sont éteints.
Par Angélique Kourounis
Turquie : « J’ai vécu un remake de l’affaire Dreyfus »
Monde 27 mars 2024 abonné·es

Turquie : « J’ai vécu un remake de l’affaire Dreyfus »

La quasi-totalité des édiles du Parti démocratique des peuples élus en 2019 ont été destitués par le régime turc au bout de quelques mois. C’est le cas d’Adnan Selçuk Mızraklı, porté à la tête de Diyarbakır avec 63 % des voix, qui depuis est en prison. Nous sommes parvenus à établir avec lui une correspondance écrite clandestine.
Par Laurent Perpigna Iban
À Jérusalem-Est, un ramadan sous pression
Monde 20 mars 2024 abonné·es

À Jérusalem-Est, un ramadan sous pression

En Palestine occupée, le mois saint de l’islam cristallise les tensions alors que les Palestiniens font face à de nombreuses restrictions de l’accès au mont du temple et à la mosquée Al-Aqsa. Elles illustrent le régime légal que des organisations de défense des droits humains qualifient d’apartheid. 
Par Philippe Pernot