Le zèle de la SNCF

Alain Lipietz revient sur
le rôle de la compagnie de chemin de fer dans les conditions de transport des juifs lors de leur déportation.

Avouons-le, nous avons ouvert ce livre avec scepticisme. La SNCF avait-elle fait autre chose, entre 1940 et 1944, qu’exécuter les ordres de l’occupant ? En relatant avec beaucoup de hauteur et de souffle le procès intenté par son père Georges, Alain Lipietz taille en pièces ce préjugé. Si l’Allemagne nazie, relayée par le régime de Vichy, a bien ordonné à la SNCF de convoyer des milliers de juifs vers les camps de la mort, c’est la SNCF qui a décidé des conditions dans lesquelles ces transferts allaient…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 5€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.