Dossier : L'écologie peut-elle être populaire ?

Pauvres et pollués

Risques industriels, pollutions, bruit… Les plus pauvres sont les plus exposés aux dégradations écologiques. Les politiques publiques n’en tiennent aucun compte.

C’est une évidence spontanément perceptible : les milieux dégradés, qu’il s’agisse d’habitat ou de lieux de travail, comptent les plus fortes proportions de personnes à bas revenus. Inégalités environnementales et sociales ont tendance à se cumuler. Cette corrélation est cependant peu étudiée. Elle a émergé comme thème de recherche depuis une dizaine d’années, mais avec timidité, et sa portée qualitative et quantitative n’apparaît encore que partiellement, à l’occasion d’études sectorielles. Accès réduit à…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents