Pauvres et pollués

Risques industriels, pollutions, bruit… Les plus pauvres sont les plus exposés aux dégradations écologiques. Les politiques publiques n’en tiennent aucun compte.

Patrick Piro  • 6 octobre 2011 abonné·es

C’est une évidence spontanément perceptible : les milieux dégradés, qu’il s’agisse d’habitat ou de lieux de travail, comptent les plus fortes proportions de personnes à bas revenus. Inégalités environnementales et sociales ont tendance à se cumuler. Cette corrélation est cependant peu étudiée. Elle a émergé comme thème de recherche depuis une dizaine d’années, mais avec timidité, et sa portée qualitative et quantitative

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Publié dans le dossier
L'écologie peut-elle être populaire ?
Temps de lecture : 4 minutes