Projet de loi post-Mediator

Le texte de Xavier Bertrand se révèle insatisfaisant.

Ingrid Merckx  • 6 octobre 2011 abonné·es

Aux grands maux les petits remèdes ? Xavier Bertrand, ministre de la Santé, a présenté son projet de loi sur les produits de santé le 27 septembre à l’Assemblée, comme un antidote au scandale du Médiator. Le texte comporte trois volets : transparence des liens d’intérêts (à déclarer sous peine d’amendes), réorganisation de l’Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé (Afssaps), qui deviendrait l’Agence de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM), et contrôle du médicament.
« Une réforme radicale », censée « clarifier les relations entre le monde de la santé et l’industrie », s’est félicité Xavier Bertrand. « Un goût de transparence inabouti », selon le Collectif interassociatif des usagers de la santé (Ciss).

« Très insuffisant » , estime Act Up-Paris, qui précise que la plupart des amendements présentés par l’opposition et des associations de malades ont été refusés, comme « la transparence sur la fixation des prix des médicaments ; la présence de femmes, enfants, personnes âgées, minorités dans les essais cliniques ; la place des malades et des usagers du système de soins dans le dispositif de sécurité du médicament…   »

Pour Irène Frachon, médecin qui a révélé les effets du Mediator, « ce projet de loi ne met pas assez en avant la notion de progrès thérapeutique : on ne devrait autoriser un nouveau médicament que s’il apporte un bénéfice supplémentaire pour le patient » (Libération).

Le financement de la formation des médecins n’est pas abordé, alors qu’il provient surtout de l’industrie et que le ministre avait envisagé deux taxes sur l’industrie devant rapporter 400 millions d’euros. L’article 7 précise « qu’en cas de doute sur l’évaluation des bénéfices et des risques, celui-ci profite au patient ». Mais selon Catherine Lemorton, députée PS, « s’il y a un doute, ce sera encore aux fabricants de prouver l’intérêt de maintenir [le médicament] » (le Monde). Manière de leur laisser la main.

La loi ne fait pas mention du portail Internet sur le médicament promis par le ministre. Pas question non plus de supprimer les visiteurs médicaux mais de les encadrer. La suite mi-octobre au Sénat.

Société Santé
Temps de lecture : 2 minutes

Pour aller plus loin…

Après l’expulsion du squat « En gare » à Montreuil, un homme maintenu en rétention
Reportage 27 mai 2024 abonné·es

Après l’expulsion du squat « En gare » à Montreuil, un homme maintenu en rétention

Suite à l’action des forces de l’ordre le 23 mai, deux personnes ayant reçu des OQTF ont été placées 48 h en rétention administrative à Bobigny. Le lendemain, Politis s’y est rendu avec Alexis Corbière, député LFI exerçant son droit de visite. Depuis, l’un des hommes a pu sortir, l’autre a été transféré en centre de rétention administrative.
Par Pauline Migevant
L’expulsion du « En Gare » à Montreuil menace des sans-papiers
Entretien 24 mai 2024 abonné·es

L’expulsion du « En Gare » à Montreuil menace des sans-papiers

Une vingtaine de personnes, pour la plupart sans papiers, vivaient dans ce squat montreuillois. Elles risquent d’être expulsées du pays, craint un coordonnateur du lieu qui nous expose les raisons et conséquences de cette opération de police.
Par Pauline Migevant
À la maison, à l’école, en ligne ou dans la rue : les violences LGBTIphobes sont partout
Violences 17 mai 2024 abonné·es

À la maison, à l’école, en ligne ou dans la rue : les violences LGBTIphobes sont partout

Deux rapports, l’un de SOS Homophobie, l’autre de l’Observatoire LGBTI+ de la Fondation Jean Jaurès révèlent, en cette Journée internationale de lutte contre l’homophobie et la transphobie, l’insécurité dans laquelle vivent les personnes LGBT et ce, dès leur plus jeune âge.
Par Hugo Boursier
Mobilisations étudiantes pour Gaza : « Un véritable tournant répressif »
Jeunesse 17 mai 2024 abonné·es

Mobilisations étudiantes pour Gaza : « Un véritable tournant répressif »

Multiplication des interventions policières, fermeture des lieux d’études, annulation ou interdiction de conférences : la répression des étudiants en raison de leur mobilisation pour le peuple palestinien est devenue la seule réponse des universités.
Par Léa Lebastard